1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (moyenne: 5,00 sur 5)
Loading ... Loading ...

Non, vous ne rêvez pas ! Nous ne sommes pas le 1er avril et 2012 n’est pas pour tout de suite, mais aujourd’hui j’ai eu l’honneur d’assister à une présentation du jeu Duke Nukem Forever par les équipes de Gearbox Software (Borderlands), et plus précisément par Randy Pitchford (Président et co-fondateur de Gearbox) et Steve Gibson (VP Marketing).

Il serait assez difficile de vous expliquer à quel point j’attends la sortie de Duke Nukem Forever depuis toutes ces années, et plus précisément depuis la toute première annonce en 1997. Au cours du développement, 3D Realms nous a abreuvé d’images, de vidéos et de changements de moteurs 3D en tous genres, jusqu’au mois de mai 2009 où le studio a finalement fermé ses portes, mettant ainsi fin à l’aventure du plus grand vaporware de tous les temps. Début septembre 2010, 2K Games et Gearbox Software ont finalement révélé qu’ils étaient actuellement au travail sur Duke Nukem Forever pour une sortie prévue courant 2011 sur Xbox 360, PS3 et PC. Mais après toutes ces péripéties, que faut-il réellement en attendre ? Pour la petite histoire, aucune image ou vidéo du jeu n’est encore disponible (officiellement), raison pour laquelle j’ai décidé de vous présenter différentes étapes du jeu au fil des années afin d’illustrer cet article…

Tout d’abord, la session a débuté par une (très) longue présentation de l’univers Duke Nukem par Randy Pitchford. En effet, ce dernier sait de quoi il parle puisqu’il fut designer sur Duke Nukem 3D, son premier jeu dans l’industrie vidéoludique, avant de partir quelques années plus tard fonder Gearbox Software afin de travailler sur Half-Life: Opposing Force. Même si je ne vais vous retranscrire toute sa tirade, sachez que l’on pouvait sentir à quel point Randy est resté très attaché au Duke, mais également aux anciens employés de 3D Realms qui furent, pour la plupart, des amis. Du coup, il n’est guère surprenant d’apprendre que Randy ait racheté la licence Duke Nukem pour s’offrir (et nous offrir) LE Duke Nukem Forever que tous les joueurs dignes de ce nom attendent depuis plus d’une décennie. Pour ne pas retomber dans les travers que l’on connait, le studio a préféré ne rien promettre aux fans et c’est ainsi qu’a été lancé le « Duke Nukem Forever Tour » qui a débuté lors de la PAX ’10 et qui passait aujourd’hui par la France! Et en ce jour à marquer d’une pierre blanche, ce fut donc à mon tour de pouvoir jouer à DN4E, une phrase que je pensais ne plus jamais pouvoir prononcer…

Le jeu commence 12 ans après les événements de Duke Nukem 3D et nous retrouvons le Duke jouant à son propre jeu vidéo. Ce premier niveau nous permet de revivre le carnage du stade de football américain face à Devastator, mais à la sauce HD! Me revoilà donc parti pour lâcher près de 200 roquettes sur cet « One-Eyed Freak » (autant reprendre les termes poétiques de notre héros), tout en évitant ses missiles et ses courses effrenées! Au niveau de la jouabilité, les gâchettes servent à viser/zoomer/tirer, un appui sur le stick gauche permet de courir, une pression sur le stick droit permet de s’accroupir, sans compter les boutons habituels (sauter, recharger, action, …). Bref, le joueur fait face à des contrôles ultra-classiques qui permettent d’être immédiatement plongé dans l’ambiance. Et contrairement à de nombreux FPS actuels, Duke Nukem possède une jauge de vie (appelée EGO): il ne sert donc à rien de se cacher pour reprendre des forces et en même temps, ce n’est pas dans le tempérament de Duke! Et puis rien que pour le coup de pied final que les fans connaissent bien, ces dix minutes valent le détour…

Mais tout n’est pas rose dans l’univers du Duke et les Aliens reviennent sur Terre pour enlever les plus belles filles afin de créer une armée. Comme vous vous en doutez, Duke est surtout énervé que les Aliens s’en prennent aux « hot chicks » et il n’aura de cesse de les combattre! La suite de la démo prenait place au niveau 15, soit vers les 2/3 du jeu, où les développeurs nous proposaient de conduire un véhicule (digne de Monster Truck Madness), assez maniable, et où il nous était donné l’occasion d’écraser des Aliens. Suite à cet intermède, Duke se retrouvait à pied: l’occasion de pouvoir mettre la main sur le pistolet de base, sur le fusil sniper, sur le Shrinker (l’arme qui fait rapetir les ennemis afin de les piétiner) et j’en passe! N’y allons pas par quatre chemins, ce passage est un pur délice et laisse présager des grands moments à venir dans les nouvelles aventures de Duke.

Pour conclure, ces 20 minutes de jeu m’ont surtout permis de voir que le travail était bien avancé sur le titre, ce qui n’est guère étonnant puisque Gearbox a en parti repris le travail de 3D Realms (et ses équipes par la même occasion). Certes, les graphismes et l’humour général pourront laisser sceptiques une bonne partie des joueurs n’ayant pas connu le Duke à sa grande époque, mais pour ma part je suis conquis et suis d’ores et déjà partant pour une édition collector! Une partie multijoueur a été confirmée (quelle classe le multi de Duke Nukem 3D à l’époque!) sans plus d’informations et une démo devrait arriver à une date indéterminée. Et pour être certain de mettre la main dessus avant tout le monde, un code sera fourni avec Borderlands GOTY (qui sort le 15 octobre 2010) afin de vous faire entrer dans le très prisé Duke Nukem First Access Club (ce qui ne signifie nullement que la démo sortira à cette même date). Quant à la sortie du jeu sur Xbox 360, PS3 et PC, il faudra patienter jusqu’en 2011 pour pouvoir mettre la main dessus, c’est-à-dire When It’s Done