[TEST PS3] inFamous (Sucker Punch)

Testé sur la version éditeur. Mise à jour effectuée en version 1.02. Nécessite 1,3 Go sur le HDD.

Faire un jeu de super héros n’est pas chose aisée: nombre de studios se sont déjà cassés les dents sur
des adaptations Marvel-lesques. Sucker Punch, studio à l’origine de la série Sly (le raton-laveur) sur les consoles PlayStation, en a décidé autrement pour inFamous, en partant d’une feuille blanche pour créer un héros (en devenir) et son univers.

Cole McGrath est un coursier comme les autres dans la ville d’Empire City. Jusqu’au jour où il doit livrer un colis qui explose au beau milieu de la cité. Pris en plein coeur de cette explosion, Cole se réveille par miracle dans un gouffre, un peu hagard, et quelque peu changé: plus fort, plus rapide, et avec une étrange attirance pour l’électricité. Mais votre héros n’est pas le seul à avoir changé: la ville est désormais en quarantaine, une épidémie se répand parmi les habitants, et des gangs (les Faucheurs, les Nettoyeurs, …) font reigner le chaos le plus total. Pour sortir d’Empire City, Cole va devoir passer un marché avec une agent du FBI, Moya, et l’aider dans sa recherche de son mari, John, porté disparu.

Empire City est composée de 3 îles, que vous découvrirez au fur et à mesure du jeu et des missions que vous accepterez. Tandis que les missions principales feront avancer la trâme scénaristique, les missions secondaires vous permettront de prendre le contrôle de certains quartiers. Une fois nettoyés, vous n’aurez plus à craindre les gangs (et leurs tirs de snipers) dans les quartiers en question. De temps en temps, le scénario vous demandera de partir visiter les égouts pour remettre l’électricité dans un quartier: ces moments sont bien souvent l’occasion pour Cole d’apprendre une nouvelle aptitude, nécessaire pour mener à bien vos prochaines missions.

Les contrôles de Cole sont assez classiques: le stick gauche sert à déplacer le héros, tandis que le stick droit gère la caméra (une pression permet de trouver les sources d’électricité à proximité). Pour sauter, il suffit de presser le bouton CROIX: cela deviendra très rapidement votre bouton de prédilection car Cole peut grimper sur le moindre mur, et escalader tous les buildings de la ville, ce qui s’avère très pratiques pour mettre au point des tactiques pour prendre à revers des gangs, ou tout simplement pour observer Empire City. Quant aux autres boutons, le ROND est utilisé pour se mettre à l’abri, le bouton TRIANGLE pour observer et enfin le bouton CARRE pour les attaques en mêlée. Les pouvoirs électriques s’utilisent bien souvent avec la gachette L1 qui permet de viser (une pression sur le stick droit permet de passer de la main droite à la main gauche, et vice versa), R1 déchaînera vos éclairs, et L2 vous permettra de recharger vos batteries. Par la suite, des combinaisons apparaitront, vous permettant de voler pendant quelques secondes suite à un saut, d’activer le zoom pour sniper, etc …

Au tout début, vous serez capables de projeter des éclairs sur des cibles, mais les nouveaux pouvoirs vous permettront de lancer des grenades d’électricité, de réanimer les personnes à terre (ou de leur absorber les flux neuro-électriques), de glisser à toute vitesse sur les câbles électriques, ou encore de planer dans les airs. Vos actions vous permettront également d’engranger des Points d’expérience permettant d’acquérir de nouvelles caractéristiques dans les menus adéquats.

L’un des points forts du jeu réside sur le principe du karma. Certaines actions vous demanderont de choisir entre une action bienfaisante, ou maléfique, ces choix ayant une incidence sur Cole et sur son univers. En effet, les citoyens vous verront alors comme leur protecteur (et vous vénéreront tel un héros), ou vous verront-ils comme un homme sans merci ? Certaines missions ne sont disponibles que pour quelqu’un tendant vers le mal (et vice-versa). De même, certains pouvoirs ont leur version dite « du bien»  (éclairs bleus), et leur pendant diabolique (éclairs rouges), débloquables suivant votre niveau de bonté/méchanceté. Tous ces pouvoirs sont bien évidemment consommateurs d’électricité, et vous serez amenés à vous recharger à la moindre occasion, auprès d’un feu tricolore, d’un néon publicitaire, ou autre …

Côté graphismes, on peut noter quelques problèmes d’aliasing à certains moments, quelques textures dénotant avec le reste, ou encore du clipping en veux-tu en voilà, mais l’esthétisme général est une franche réussite. Petite originalité, là où certains titres utilisent leur moteur 3D (ou non) pour les cut-scenes, inFamous propose des planches de comics.

Assez légère au début, la sensation de puissance évolue très rapidement et vous donnera réellement l’impression de contrôler un super-héros, qui semble totalement hanté par l’explosion et ses conséquences sur lui et ses amis. Sa petite amie, Trish, lui reproche d’être à l’origine de l’explosion (et de la mort de sa petit soeur), tandis que son meilleur ami, Zeke, croit en un complot gouvernemental.

Comptez une douzaine d’heures pour venir à bout de l’aventure principale, et pas loin d’une trentaine pour réussir toutes les missions annexes. De plus, les différents niveaux de difficulté et le fait de tendre vers le Bien ou le Mal vous forceront à recommencer le jeu en adaptant votre façon de jouer.

Points positifs:
- jouabilité
- les pouvoirs
- durée de vie
- le karma et ses incidences

Points négatifs:
- missions secondaires répétitives
- le côté technique aurait demandé plus de travail
- la démarche du héros

Note: 9/10

Articles relatifs:

Partagez cette information:

Donnez votre avis

Dites nous ce que vous en pensez...
et oh, si vous voulez afficher une photo avec votre commentaire, allez faire un gravatar!